TS

La santé pour tous !

C’est vraiment chouette d’avoir une petite soeur! En avez-vous une? Mais si on vous disait, mesdames, que le fait d’en avoir une vient avec une propension à avoir un surplus de poids… pour vous?

 Eh oui! Avoir une jeune soeur augmente la possibilité de devenir obèse! Incroyable! C’est pourtant ce qu’affirme une étude qui a été réalisée sur 13 406 paires de soeurs suédoises nées entre 1991 et 2009. Les chercheurs ont conclu que les premières-nées avaient un indice de masse corporelle (IMC) plus élevé et étaient plus susceptibles de tomber en surpoids ou de devenir obèses. Selon cette étude, les soeurs aînées étaient plus légères que leurs cadettes à la naissance. Par contre, avec le temps et après des grossesses, elles avaient un IMC plus élevé de 2,4 % que celles qui les suivaient dans la famille. De plus, les chercheurs ont constaté que les soeurs ainées étaient 29 % plus susceptibles de trainer un excès de poids que leurs jeunes soeurs et courraient 40 % plus de risques d’être obèses.

Mais quelle peut être la cause de ces résultats alarmants ? Quelques théories ont été émises. Le professeur Wayne Cutfield, du Liggins Institute de l’Université d’Auckland, affirme que les vaisseaux sanguins fournissant les nutriments au foetus semblent légèrement plus minces lors des premières grossesses. En conséquence, il est possible que l’apport en éléments nutritifs soit réduit, ce qui engendre le risque d’emmagasiner plus de graisse et d’avoir une insuline qui fonctionne moins efficacement plus tard dans la vie.

Une autre théorie est culturelle et provient de la Dre Maria Peña, Directrice du Centre de gestion du poids du Lenox Hill Hospital à New York. Elle a déclaré que les mères étaient plus susceptibles de suralimenter leurs premiers bébés plutôt que leurs derniers pour tenter de maintenir un « poids santé ». Cette habitude alimentaire pourrait rester toute leur vie…

Gary Sacks de l’Université Deakin de Melbourne, en Australie, quant à lui, pointe la rivalité fraternelle. « Peut-être que la première-née est en concurrence avec le deuxième enfant pour la nourriture dans la maison. Peut-être que plus d’argent sera dépensé pour la première-née », dit-il. Il pense qu’il serait intéressant d’examiner les causes sociales possibles à ce phénomène.

Scroll to top