TS

La santé pour tous !

Chaque fois que Pierre Stephan ouvre ses ruches, il découvre des butineuses vigoureuses, en pleine action. "J'ai dû rajouter des hausses récemment, tellement elles produisent". Nous ne sommes pourtant qu'en début de saison et la production est déjà exceptionnelle selon l'apiculteur bio, installé dans les Vosges du Nord, à Lichtenberg.

 "En l’espace de trois jours, j'ai eu des rentrées de nectar exceptionnelles. Autour de 4 kilos par jour. Dans le sapin, où les miellées sont intenses, c'est habituel, mais en début d’année, un tel volume tous les jours... je n’ai jamais vu ça, en 20 ans de métier". Pierre voit deux raisons à ce phénomène.

Moins d'activités humaines créent des conditions favorables pour les abeilles : En ce début de saison, les butineuses rapportent le nectar des fleurs de pissenlit, d'aubépine et des arbres fruitiers. Le tout dans un calme exceptionnel, auquel ni elles, ni l'apiculteur n'étaient habitués. L'activité forestière est suspendue, les tronçonneuses des bûcherons sont muettes, les promeneurs et les touristes sont confinés chez eux. Il n'y a plus de circulation d'aucune sorte, ni sur les sentiers, ni sur les pistes cyclables. 

L'agriculture, elle aussi, tourne au ralenti. Les paysans n'ont pas encore fauché les prairies comme les autres années, les traitements agricoles sont moins nombreux. Tout est calme et moins pollué, les abeilles peuvent butiner sans être dérangées. Deuxième raison, et non des moindres, la météo favorable, se réjouit l'apiculteur :"L'an dernier, on avait un printemps long et froid, des pluies et du gel, puis il a fait trop chaud très vite et il y a eu la sécheresse. Cette année on a du soleil, de bonnes températures... Si on avait un tout petit peu plus de pluie, ce serait idéal." 

Source

Scroll to top